LES PRINCES

CHAMPION «JE TUE UN HOMME ET LE MONDE ME PARDONNE, J’AIME UN HOMME ET LE MONDE VEUT ME TUER.»

Montréal, le 8 janvier 2019 –La réalité rattrape la fiction en janvier à l’Opéra de Montréal, avec la première canadienne de Champion,une œuvre unique en son genre basée sur une histoire vraie. En 1962, les boxeurs Emile Griffith et Benny Paret s’affrontent dans le ring. Pendant le duel, Paret nargue son adversaire par des allusions malveillantes à son orientation sexuelle. Piqué au vif, Griffith le roue de coups, provoquant un coma dont il mourra dix jours plus tard. Emile Griffith ne sera plus jamais le même après ce combat…

« L’histoire de Champion est résolument d’actualité, comme en témoignentles nouvelles sportivesau Québec. Un combat qui tourne mal, avec les drames humains qui s’en suivent, c’est un thème qui revient périodiquement dans l’actualité, d’Emile Griffith à Adonis Stevenson, en passant par Gaétan Hart en 1980. Ces histoires sont toujours si bouleversantes, en fait, que l’opéra constitue le meilleur médium pour les raconter!» de dire Michel Beaulac, directeur artistique de l’Opéra de Montréal.

POUR EN SAVOIR PLUS , CONSULTEZ LES VIDÉOS YOUTUBE LE FICHIER .PDF CI-DESSOUS :

OBJECTIF DES PRINCES DE LA RUE

L’objectif est de venir en aide aux jeunes en difficulté en les aidant à développer la maîtrise et l’estime de soi à travers l’enseignement des arts martiaux pour ainsi contrer la violence chez les jeunes. Ali et les Princes de la Rue donne aux jeunes un refuge sportif qui leur permet d’exprimer leur colère, leur frustration et la violence qui les habitent de façon positive.

C’est un centre de ressources pour les jeunes en mettant à leur disposition des informations pouvant les guider dans des divers aspects et milieux (exemple: scolaire, marché du travail, prévention en sexualité, drogues, etc.). Les participants ont aussi l’opportunité de faire des sorties, des activités culturelles et sportives pour ainsi développer leur ouverture d’esprit.

De plus, il apporte de l’aide aux jeunes en difficulté pour leur apprendre à se reconnaître en tant qu’individu, à se valoriser de façon positive et à créer en eux un sentiment d’appartenance à un milieu qui sera propice à leur développement personnel et social. Le centre est un lieu de premier recours, un refuge pour des jeunes en difficulté.

Les jeunes peuvent venir nous consulter et nous faire part de leurs problèmes et de leurs préoccupations. Considérant la situation rencontrée, le centre adopte un rôle préventif et un rôle d’intermédiaire. S’il y a lieu, celui-ci peut donc référer le jeune à certains organismes ou centres spécialisés dans l’aide dont ils ont besoin.

Il vise aussi à ce que les jeunes y retrouvent un « chez soi » et qu’ils sentent un support de type familial, tout en leur faisant comprendre que les parents sont importants et qu’il est primordial de garder contact avec eux. Bien sûr, le support des parents est souhaité.

Le centre vise aussi à leur faire acquérir la capacité de s’exprimer, tout en les orientant vers ce qui est bon pour chacun d’eux et aussi vers ce qui peut contribuer à leur développement personnel. Le centre ne cherche pas à discipliner les jeunes de façon forcée,  mais plutôt choisit de favoriser l’autodiscipline par l’acquisition de l’autonomie. Le centre utilise comme moyens pour atteindre ces buts : des sessions d’informations et d’écoute ainsi que des conférences données par des jeunes ayant passé aux travers de difficultés semblables.